Deauville, ville touristique

Deauville, ville touristique

Avant la généralisation de la mesure à toute la France prévue le 9 août, la préfecture du Calvados a annoncé une « expérimentation volontaire » de ce nouveau sésame dans les bars et restaurants de la Côte Fleurie, pour faire face à une forte augmentation du nombre de cas de Covid 19.

« On a signé un compromis avec la préfecture du Calvados (14), qui était à deux doigts de nous imposer une fermeture ou un couvre-feu, en raison de la forte augmentation du taux d’incidence dans le département » explique Yann France, le président de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie) du Calvados.

Dans tout le département, à titre volontaire et expérimental, le pass sanitaire ou un test PCR ou antigénique négatif a été demandé à l’entrée des bars et des restaurants depuis le 25 juillet. Mais c’est une mesure « volontaire », les établissements ne sont pas forcés de l’appliquer.

Et c’est effectivement ce qu’il se passe sur le terrain. Entre quelques grands groupes, qui détiennent des célèbres brasseries à Deauville et Trouville, qui ont donné pour mot d’ordre à leurs équipes de « ne rien demander aux clients » et des patrons de bistrots qui jouent le jeu du pass sanitaire, un certain flou règne à l’entrée des établissements. « On ne m’a rien demandé au Drakkar, alors que j’avais mon certificat et que je trouve normal de le présenter » s’étonne Guy. D’autres au contraire voient leurs sorties compromises, comme Amaya et ses copines, à la Flambée, ou William, 21 ans, au Bureau. « Je n’ai pas pu aller dîner hier soir avec ma copine, car je ne suis pas vacciné ». Dépités, ils ont commandé « à emporter ».

« Je suis surpris, je ne savais pas qu’ici le pass avait été mis en place ici avec 15 jours d’avance. Ça manque de fun pour les vacances de multiplier les tests PCR » râle-t-il un peu. « Et aussi de devoir prévoir ces sorties, sans se laisser porter par l’imprévu », renchérit Clara, 20 ans, masquée sur les Planches. Elle ne sera complètement vaccinée qu’à la fin de l’été…

 

Deauville, description

Deauville est une ville côtière de la Côte fleurie, dans la région française de la Normandie. Destination de vacances de luxe depuis les années 1800, elle est connue pour son grand casino, ses parcours de golf, ses courses de chevaux et son Festival du film américain. Sa grande plage de sable est bordée par Les Planches, une célèbre promenade datant des années 1920 avec ses cabines de plage. La ville comprend des boutiques chics, d’élégantes villas de style Belle Époque et des bâtiments à colombages.

 

Des univers variés

Originaire de Marseille, Antoine d’Agata est un photographe documentaire au regard subjectif. Lauréat du prix Niépce en 2001 avec son projet Hometown, ses photographies parlent souvent d’errance, de sexe, de corps et de drogue, du franchissement des usages tracés par la société, témoignant de moments instantanés de la vie. Ce « photographe des marges » comme l’avait titré Télérama en mars dernier, est membre de l’agence Magnum Photos depuis 2004.

Diplômée de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris et de l’Atelier National de Recherches Typographiques, Anne-Lise Broyer développe une pratique singulière de la photographie, entretenant des liens forts avec le graphisme, le dessin, l’écriture, la peinture ou encore la gravure.

Photographe plasticien contemporain espagnol d’origine catalane, Joan Fontcuberta joue a gagné plusieurs prix de photographie, dont le Prix national de la photographie (1998). Il est aussi fait Chevalier des Arts et des Lettres en 1994 pour son œuvre photographique. Au cœur de son travail, il interroge la valeur narrative de l’image et ses prétendues vérités, s’appuyant sur les possibilités offertes par l’image photographique et ses capacités de manipulation.

Photographe congolais, Baudouin Mouanda chronique la vie de la capitale congolaise. Avec une véritable sensibilité artistique, il aborde différents sujets de société comme la sapologie, le mariage, les guerres, le changement climatique, les difficultés économiques etc.

Deauville, mondialement connue

La ville des loisirs élégants et du bon goût sait recevoir, et chacun y trouve son bonheur. Escale incontournable des plaisanciers sur la Côte Fleurie, la station balnéaire de renommée internationale sait charmer ses visiteurs avec classe, entre ses hôtels (dont le mythique Normandy et ses 5 étoiles), son casino et l’établissement des bains de mer. Les 653 mètres de planches de sa promenade offrent un spectacle étonnant : devant une toile de fond impressionniste où les rayons du soleil jouent avec les nuages et les reflets de l’eau, s’étend un champ de parasols multicolores. Transats et cabines de plage sont les accessoires indispensables pour admirer ce tableau qui prend une nouvelle dimension quand vient l’heure du festival du cinéma américain. Avec la riche programmation du Centre International et l’ouverture des Franciscaines, la petite cité peut se vanter d’être un pôle culturel de premier plan.

L’image de Deauville, c’est aussi celle des chevaux, du polo, des courses et des haras qui attirent aussi bien les passionnés que les profanes venus de France et d’ailleurs. La ville compte deux hippodromes : Deauville La Touques et Deauville Clairefontaine. Jockeys, entraîneurs et turfistes d’un jour ou de toujours s’y retrouvent, tous animés par la passion des courses de galop. L’équitation et les sports équestres sont eux à l’honneur au Pôle international du Cheval Longines de Deauville.

 

George