The News Newspaper

Japon : des montagnes russes dangereuses

Dos brisés, nuques meurtries et autres blessures: l’attraction phare d’un parc japonais, en fonction depuis 2001, n’accueillera plus de visiteurs jusqu’à nouvel avis.

C’est une sacrée douche froide pour le Fuji-Q Highland Park. Ce parc d’attractions situé à Fujiyoshida, au pied du mont Fuji, a été contraint de suspendre l’activité de son manège phare en raison de sa dangerosité. Présenté comme le grand huit ayant l’accélération la plus rapide au monde, le «Do-Dodonpa» atteint 180 km/h en 1,56 seconde. Une performance qui n’est pas sans risque: depuis le mois de décembre, au moins six visiteurs ont subi des fractures en tentant l’expérience.

Le «Do-Dodonpa» a été mis en service en 2001, et aucun problème de ce type n’avait été signalé jusqu’à récemment. En 2017, le manège avait même été amélioré afin de faire passer sa vitesse de 172 à 180 km/h. Selon les premières constatations, aucun problème technique n’a été décelé sur l’attraction. Le constructeur, Sansei Technologies, a présenté ses excuses aux personnes concernées, mais ignore pour l’heure ce qui a pu provoquer leurs blessures.

Professeur d’architecture à l’Université Nihon et spécialiste de la conception des montagnes russes, Naoya Miyasato a sa petite idée sur la question. L’expert estime qu’une position non réglementaire du visiteur lors du départ du wagon ainsi qu’une mauvaise préparation à la violente accélération du manège peuvent être en cause. Notons que la soudaine accélération imposée aux visiteurs est comparable au lancement d’une fusée. «Si un occupant ne peut pas y résister, il se blesse», explique le spécialiste.

 

Force de lancement d’une fusée

Lors du pic de vitesse, la force engendrée est plus de trois fois supérieure à la force de gravité, ce qui est comparable à la force G subie par les astronautes lors du lancement d’une fusée.

Mais le parc a déclaré que c’était la première fois que des plaintes émanaient de clients depuis sa mise en service il y a deux décennies. En 2017, le manège a même été modifié pour porter la vitesse maximale de 172 kilomètres par heure à 180.

Aucun problème technique n’a été constaté lors de l’enquête initiale, selon Fuji-Q Highland. La société Sansei Technologies, qui fabrique le manège, a présenté ses excuses aux clients blessés, mais a déclaré qu’elle ne connaissait pas non plus la cause des blessures.

Les statistiques de l’International Association of Amusement Parks and Attractions montrent que la probabilité d’être gravement blessé sur une montagne russe dans un parc d’attractions américain est d’environ une fois sur 15,5 millions de trajets.

 

Une accélération impressionnante en moins de deux secondes

En effet, jusqu’à maintenant, aucun incident n’avait été enregistré sur cette attraction impressionnante qui peut atteindre une vitesse folle de 180 km/h en l’espace de 1,8 seconde. Autant dire qu’ici, l’interdiction de crier ne doit vraiment pas être respectée.

A l’origine, la vitesse était de 172 km/h sur ce même laps de temps, mais en 2017, des travaux ont permis d’augmenter cette accélération. Si les sensations fortes sont au rendez-vous, malheureusement, il semblerait que depuis, le Do-Doponpa soit aussi à l’origine de nombreuses fractures chez les visiteurs qui s’y sont frottés.

Comme le rapporte le site Vice, depuis décembre 2020, six personnes ont subi d’importantes fractures osseuses. Face à ce nombre important d’accidents, l’attraction a été fermée jusqu’à nouvel ordre. Une enquête a été diligentée afin d’éclaircir les raisons exactes de ces  blessures.

 

Force G

Pourtant aucun incident n’avait été à déplorer sur cette attraction avant des travaux réalisés en 2017. Ces derniers ont pour but de faire passer la vitesse de pointe de 172 km/h à 180 km/h

Une enquête est en cours pour déterminer avec précision les causes exactes de ces blessures. Les premières pistes laissent à penser que l’accélération rapide du train pourrait être mise en cause. En effet les visiteurs ressentent, lors de l’accélération, l’équivalent en G (une unité d’accélération) de ce que reçoit un astronaute au moment du décollage d’une fusée.

Autant dire que si ces personnes ne sont pas correctement attachées et sanglés, la vitesse peut leur faire très mal.

Une expérience semblable à celles des astronautes

Selon les experts, l’une des premières pistes serait l’accélération rapide du manège. Effectivement, en passant de 0 à 180 km/h en moins de deux secondes, les personnes dans le train ressentent exactement ce que peuvent recevoir les astronautes à bord d’une fusée lors du lancement. L’autre piste serait l’installation et la protection des personnes assises dans l’attraction. Si elles sont mal installées dans le wagon ou mal sanglées, avec la force G qu’elles reçoivent, cela pourrait expliquer les fractures du dos, des cervicales ou du bassin qui ont été enregistrées jusqu’à maintenant. Reste à voir quelles seront les conclusions de l’enquête.

 

La position des passagers en cause ?

Après plus de 20 ans de fonctionnement, le « Do-Dodonpa » n’avait jusqu’ici causé aucune fracture aux visiteurs du parc, ni même de blessures. En l’absence de dysfonctionnement visible des montagnes russes, l’explication serait à chercher dans la puissance de l’accélération subie ou dans la position des utilisateurs, a estimé Naoya Miyasato, architecte spécialiste des attractions de ce type.

Il a notamment expliqué qu’il relevait de la responsabilité des employés de Fuji-Q Highland de s’assurer que les clients étaient assis d’une manière limitant l’espace entre leur dos et le dossier de leur siège.

 

Quitter la version mobile