The News Newspaper

La “plus grande éolienne du monde” par une entreprise chinoise

Le chinois MingYang Smart Energy vient d’annoncer le développement d’une éolienne offshore plus puissante que la Haliade-X proposée par General Electric. Le MySE 16.0-242 aura une capacité nominale de 16 MW et devrait entrer en service en 2024.

Ming Yang Wind Power Group Limited est le plus grand fabricant privé d’éoliennes en Chine. Il y a quelques jours, la société a annoncé le développement l’une des plus grandes éoliennes offshore au monde avec une capacité nominale de 16 MW. Baptisée MySE 16.0-242, cette géante de 242 mètres de haut sera équipée de trois pales de 118 m capables de balayer une zone de 46 000 m² (l’équivalent de six terrains de football).

Selon l’entreprise, une seule turbine MySE 16.0-242 pourra générer 80 000 MWh d’électricité chaque année, suffisamment pour alimenter environ 20 000 foyers par unité. Niveau performance, c’est 45 % de plus que le modèle MySE 11.0-203 de la société, grâce à une augmentation de seulement 19 % du diamètre de la turbine et de la surface balayée. Chacune de ces éoliennes résistantes aux typhons, qui pourra être ancrée au fond de la mer ou sur une base flottante, aura une durée de vie de 25 ans.

Un premier prototype complet sera construit en 2022 pour être opérationnel d’ici 2023. La production commerciale devrait commencer au premier semestre 2024.

 

Une seule rotation de cette éolienne fournit de l’électricité à un foyer pour deux jours

La turbine Haliade-X de Generel Electric, la plus grande du monde, a récemment bénéficié d’une mise à jour la faisant passer de 12 MW à 13 MW. « Ses pales de 107 mètres de long seront en mesure de générer 4 % d’énergie de plus qu’auparavant », assure GE qui cite des chiffres ébouriffants sur son éolienne. Avec son mât de 248 mètres de haut et ses 38.000 m2 de surface balayés par les pales, cette dernière a ainsi battu un record de 312 MWh en une seule journée, ce qui signifie qu’une seule rotation peut alimenter un foyer britannique pendant deux jours ! Si l’on rapporte ce chiffre à la consommation d’électricité d’une maison de 50 mètres carrés en France (30 kWh), cela représente 8,3 secondes de fonctionnement.Bien entendu, c’est un record et la turbine ne tourne pas à pleine puissance tous les jours ni tout le temps. Cette version améliorée du prototype, qui fonctionne avec succès à Rotterdam depuis novembre 2019, sera installée dans les deux premières phases du parc éolien de Dogger Bank au Royaume-Uni, avec un total de 190 unités installées à partir de 2023. Il deviendra plus grand parc éolien offshore du monde. La production en série de la plate-forme Haliade-X débutera au second semestre 2021 à l’usine de GE à Saint-Nazaire, en France.

 

Un monstre de puissance

Grâce à ses proportions dantesques, l’engin offrirait également des performances 45% plus élevée que son prédécesseur MySE 11.0-203 ; sa puissance nominale de 16MW lui permettrait de générer 80000MWh d’électricité par an dans des conditions optimales. De quoi alimenter plus de 20.000 foyers selon le communiqué.

Au cours des 25 ans de services prévus pour cet édifice, il devrait permettre d’éviter l’émission d’1,6 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, par rapport à une production équivalente à partir d’une centrale à charbon.

MingYang Smart Energy revendique également une conception novatrice. Elle serait apparemment conçue pour pouvoir être montée soit sur des fondations sur le plancher océanique, soit sur une structure flottante. De plus, toute l’électronique et le transformateur ont été déplacés dans la nacelle afin d’en faciliter la maintenance.

La Chine continue donc à progresser sur l’éolien offshore. Si l’on se fie aux conclusions du dernier Global Wind Report, qui dresse chaque année un état des lieux, le pays fait en tout cas partie des plus actifs en la matière; il aurait installé à lui seul 55% des 93 GW d’éolien construits dans le monde en 2020. On peut donc raisonnablement s’attendre à voir fleurir des colosses encore plus grands et plus puissants dans les années à venir.

Toujours plus puissants

Le nouveau modèle proposé par MingYang Smart Energy sera le plus puissant du monde une fois opérationnel, mais il sera talonné par d’autres modèles capables de rivaliser. Le constructeur danois Vestas a notamment introduit en février dernier une éolienne offshore géante de 15 MW. Le premier prototype de ce modèle, baptisé V236-15,0 MW, devrait être installé en 2022, tandis que la production en série est prévue pour 2024.

Le fabricant d’éoliennes Siemens Gamesa a également annoncé en mai 2020 qu’il travaillait au développement d’éoliennes d’une capacité allant jusqu’à 15 MW, la plus grande au monde en construction à l’époque. Le prototype devrait être prêt à la fin de cette année 2021, avec des turbines disponibles dans le commerce courant 2024.

Rappelons également que la société General Electric (GE) est toujours à l’origine de la plus grande éolienne au monde en fonctionnement, la Haliade X qui tourne depuis fin 2019. Le modèle a récemment bénéficié d’une mise à jour ayant permis d’augmenter sa capacité de production (de 12 MW à 13 MW). GE a également récemment signé un contrat pour la livraison d’éoliennes Haliade-X 14 MW pour le parc éolien offshore Dogger Bank C, au Royaume-Uni.

 

De l’électricité pour 20.000 ménages

Mais les prototypes de Siemens Gamesa et Vestas ne sont pas encore construits qu’une machine encore plus gigantesque est déjà annoncée, en Asie cette fois. Il y a quelques jours, MingYang Smart Energy, le plus important constructeur chinois d’éoliennes a en effet révélé son nouveau modèle : la MySE 16.0-242, une éolienne offshore de 264 mètres de haut, dotée de pales de 118 m, et qui devrait développer une puissance de 16 MW. Son rotor de 242 mètres balayera une surface de 46.000 m2, plus grande que celle de six terrains de football. Selon le fabricant, elle pourra générer chaque année 80.000 MWh d’électricité, soit l’équivalent de la consommation de 20.000 ménages.

MingYang précise dans son communiqué que la conception de la MySE 16.0-242 a déjà été approuvé par l’organisme certificateur DNV (Det Norske Veritas), un des plus renommés au monde, ainsi que par le Centre Chinois de Certification (CGC). Un premier prototype sera construit en 2022 pour une mise en service en 2023. La production commerciale est prévue au premier semestre de 2024.

 

Quitter la version mobile